Immobilier Israel – Une hausse des prix moins rapide par rapport aux deux dernières années

La fédération des constructeurs israeliens prévoit une hausse des prix en 2017 et 2018 des prix de l’immobilier en Israel. Celle-ci se produira cependant a un rythme moins rapide par rapport aux deux dernières années. Le directeur général de la fédération: « le pays devra se préparer a un doublement du nombre d’appartements en Israel en l’espace de 25 ans ».

Les annonces du gouvernement concernant une diminution du prix des appartements et du nombre de ventes, sont loin d’émouvoir la fédération des constructeurs. Selon ses prévisions recemment publiées, a l’occasion de l’ouverture de son assemblée annuelle tenue a Eilat, les prix des appartements connaitront une hausse de 4.5% en 2017, et 3.5% en 2018. Toutefois, il s’agit d’un ralentissement de l’augmentation des prix. A titre de comparaison, la hausse était en 2016 de 6.5%, et en 2015 de 7.9%.

« Si le programme gouvernemental actuel se poursuit, et si l’état maintient les objectifs de transactions immobilieres prévus pour 2017, et si arrive un pont aérien de maçons professionnels chinois, il sera a prevoir pour les prochaines années une hausse des ouvertures de chantiers, et une modération de l’augmentation des prix », a déclaré Rony Brik, le presidents de la fédération des constructeurs israeliens.

Une analyse de la fédération précise que l’ensemble des transactions immobilieres a atteint en 2016 une croissance de 16% pour 36000 unités d’habitation, après trois années de stabilité, avec 30000 unites par an. Etant donne l’absence de publication officielle par le gouvernement des données relatives a l’ensemble des transactions dans le cadre du programme « prix ciblés« , la fédération estime ce nombre a 22000 pour 2016, par rapport a 5000 en 2015. Les transactions effectuées dans ce cadre représenteraient 57% de l’ensemble des ventes.

Selon Brik, « le gouvernement israélien sous l’impulsion du ministre de l’économie Moshe Kahlon et du cabinet du logement, agissent dans la bonne direction pour résoudre la crise continue du logement, mais les données que nous présentons mettent en évidence la nécessité d’une action beaucoup plus rapide ».
Maitre Elyav Ben-Shimon, directeur general de la fédération, ajoute qu’une étude attentive des données du bureau des statistiques révèle que 58000 nouveaux foyers se sont ajoutés l’année dernière.

Selon lui, il s’agit d’un chiffre anormal, mais qui traduit une tendance générale durable à l’augmentation. En plus de l’accroissement de la population et de l’allongement de la durée de vie, les raisons essentielles de cette tendance viennent de l’augmentation du nombre de jeunes couples vivant en concubinage, de l’accroissement des familles mono-parentales, et du nombre de mères-célibataires…

A l’augmentation du nombre d’ouvertures de chantiers, il faut ajouter les travaux d’achèvement des constructions en cours, précise Ben-Shimon. « Le nombre de mois nécessaires à l’achèvement d’un appartement moyen, est monté en deux ans de trois pour cent, soit 28,3 mois. L’an dernier, leur nombre n’était que de 45000. L’écart s’élargit entre les achèvements de construction, et les besoins du marché évalués à 149000 appartements ».

Entrepreneurs en travaux publics – Une ste sur dix en danger de fermeture

Brik se réfère à la situation des entrepreneurs en infrastructures et en travaux publics. « Sans ces professions essentielles, la crise du logement ne peut être résolue. Les projets ne sortiront pas de terre, où nous serons contraints d’en retarder la livraison, car la réalisation de l’enveloppe structurelle n’aura pas été faite comme il faut. Nous suivons avec beaucoup d’inquiétude ce qui se passe dans ce secteur depuis des années, et n’avons cessé de tirer la sonnette d’alarme. D’après les données de la société BDI, une entreprise sur dix de ce secteur est en danger d’effondrement. Cela ne peur continuer ainsi ».

Les résultats de l’enquête menée par la société CofaceBdi font état de craintes de difficultés dans le secteur des structures en Israël. D’après les données ce marché a accusé en 2016, des pertes de l’ordre de trois milliards de Shekels, et connaît une diminution de sa capacité d’intervention provoquée par le nombre important d’entrepreneurs en difficultés. Ainsi par exemple, en 2016, 458 entreprises ont disparu, alors que 98 furent créées. En 2015, ce sont 409 entreprises qui ont fermé, contre 223 créées. De plus, 9% des sociétés risquent de fermer, soit près d’une sur dix.

Selon Eyal Yanay, directeur associé de CofaceBdi, « le gouvernement s’est fixé pour objectif d’augmenter l’offre de logements, mais il faudrait accompagner ce processus par la construction d’équipements publics et éducatifs, et se préoccuper des transports publics, de l’eau, des égouts, de l’assainissement, etc.. Il semble que le secteur des structures et des travaux publics n’est pas en mesure de faire face à ces défis, et il est nécessaire d’adopter des mesures qui réduisent les risques dans ce secteur, ainsi que l’incertitude dans laquelle se trouvent les entreprises ».

Le rythme de la construction loin de ce qui serait souhaitable – même à long terme

À propos du programme gouvernemental à long terme pour le logement, la fédération des constructeurs prévient que les objectifs avancés en Février par le ministère des finances, ne satisferont pas les besoins prévisibles dans ce secteur. Au début de l’année, le gouvernement a présenté un objectif de 2,6 millions d’unités d’habitation à l’horizon de 2040, alors qu’il ne sera construit que 1,5 millions d’appartements. « La pénurie de terrains constructibles impose une vision à long terme afin de répondre aux besoins du marché », déclare Ben-Shimon. « Nous estimons que sur la base du rythme actuel, dans 25 ans le pays devra doubler le parc immobilier ».

Selon lui, « le pays doit programmer plus de 4,5 millions de nouveaux appartements, au regard de l’accroissement de la population, et du fait que la plus grande partie des 500000 appartements construits à la création de l’état, devront être détruits et reconstruits de neuf. L’état devra arriver à un rythme de 131000 appartements par an. On en est encore loin… ».

Traduit de l’hebreu
www.walla.co.il